06/10/16

Comportements sécuritaires : responsabiliser l’organisation avant l’individu

| Commentaires (0)

J’œuvre dans le milieu de la santé et sécurité depuis maintenant près de 18 ans, et je sais que l’un des désirs les plus fréquents des organisations est de responsabiliser les travailleurs à l’égard de leur santé et de leur sécurité, ce qui implique l’adoption de comportements individuels sécuritaires. 

Toutefois, lorsque l’on regarde la gestion de plusieurs de ces entreprises, des lacunes majeures relatives à l’identification des risques et obligations légales sont rapidement détectables. L’absence de plan de formation, tout comme l’application de notions de base telles que l’élimination et la réduction à la source des dangers, sont habituellement aussi monnaie courante.

La question à se poser alors est la suivante : peut-on exiger d’une personne ce que l’on ne fait pas soi-même?

 

Il était une fois…

Il était une fois… Une petite fille qui demanda à sa mère : « Maman, pourquoi coupes-tu le jambon aux deux extrémités avant de le faire cuire? » Sa mère lui répondit alors qu’elle ne le savait pas vraiment, qu’elle supposait que cette pratique était de mise pour éviter le développement de bactéries. Elle dit alors à sa petite fille que cette pratique lui venait de sa mère et que si elle allait voir grand-maman, elle aurait fort probablement une réponse à ses interrogations.

La petite fille se rendit alors chez sa grand-mère et lui demanda pourquoi elle coupait les deux extrémités du jambon avant de le faire cuire. La grand-mère lui répondit alors qu’elle ne le savait pas, mais qu’elle supposait que c’était pour éviter les bactéries dans la viande. L’arrière-grand-mère étant décédée depuis longtemps, la grand-mère la référa à sa sœur aînée.

Sans plus attendre, la petite alla frapper à la porte de sa vieille tante et lui posa la même question. La vieille tante lui répondit rapidement : « Maman coupait toujours les deux extrémités du jambon, car à l’époque nous avions un four à bois qui était très petit. Afin d’être en mesure d’y insérer le jambon, il fallait en couper les deux bouts pour pouvoir le faire cuire. »

 

Pourquoi se responsabiliser?

Comme le raconte cette histoire, on fait parfois les choses sans trop savoir pourquoi. Il en est souvent ainsi avec l’approche comportementale en matière de santé et de sécurité. Les organisations sont souvent telles que « l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours ».

Souvent, on veut responsabiliser l’individu parce que l’on a entendu parler des miracles que cela a pu produire au sein d’autres entreprises. Cependant, on oublie trop souvent de regarder ce que ces organisations ont fait en amont de ce type d’interventions comportementales.

Par exemple, l’identification des risques est une des responsabilités de base de l’employeur en matière de santé et sécurité, tel que défini à l’article 51.5 de la LSST.

51. L'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l'intégrité physique du travailleur. Il doit notamment : (5°) utiliser les méthodes et techniques visant à identifier, contrôler et éliminer les risques pouvant affecter la santé et la sécurité du travailleur.

Cette responsabilité doit fondamentalement être assumée par l’employeur en premier lieu, si celui-ci désire responsabiliser ses employés, car voici ce que la LSST mentionne au sujet des responsabilités de l’employé à l’article 49.5 :

49. Le travailleur doit : (5°) participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail et de maladies professionnelles sur le lieu de travail.

Ainsi, si aucun processus d’identification des dangers n’est existant dans l’organisation, comment l’employé pourrait-il y participer? Il en est de même pour une vaste gamme de responsabilités. Voici quelques autres exemples :

Employeur : 51. (3°) s'assurer que l'organisation du travail et les méthodes et techniques utilisées pour l'accomplir sont sécuritaires et ne portent pas atteinte à la santé du travailleur;

Employé : 49. (2°) prendre les mesures nécessaires pour protéger sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique;

Employeur : 51. (9°) informer adéquatement le travailleur sur les risques reliés à son travail et lui assurer la formation, l'entraînement et la supervision appropriés afin de faire en sorte que le travailleur ait l'habileté et les connaissances requises pour accomplir de façon sécuritaire le travail qui lui est confié;

Employé : 49. (1°) prendre connaissance du programme de prévention qui lui est applicable;

Bref, je suis certain que vous comprenez l’idée. Comment un employé pourrait-il prendre les mesures nécessaires pour protéger sa santé et sa sécurité, si celles-ci n’ont pas préalablement été définies? Comment le travailleur pourrait-il prendre connaissance du programme de prévention, s’il n’est pas informé du contenu et s’il n’a pas de formation sur les éléments qui s’y rattachent? Personne ne vient au monde avec des connaissances spécifiques sur le travail en hauteur ou le sauvetage en espaces clos.

 

Avant l’approche comportementale…

La base de la Loi sur la santé et la sécurité du travail est très claire à l’article 2. Cet article mentionne ce qui suit :

2. La présente loi a pour objet l'élimination à la source même des dangers pour la santé, la sécurité et l'intégrité physique des travailleurs.

Dans le cas où vous seriez incapable d’éliminer les dangers à la source, vous devez les réduire à la source. Si vous ne pouvez réduire les dangers à la source, vous devez mettre en place des mesures de gestion telles que des procédures, le port d’EPI, la formation, l’accueil, les audits, la discipline et autres.

Dans l’impossibilité d’atteindre l’une ou l’autre de ces avenues de manière chronologique, il vous reste la possibilité de travailler sur les valeurs, les comportements et les croyances des individus. Si je vous demandais si vous avez déjà essayé de changer quelqu’un, que répondriez-vous? Je suis convaincu que vous pensez à une longue aventure dont les chances de succès sont minimes, plutôt qu’à quelque chose de simple et rapide.

Pourtant, un grand nombre d’entreprises optent pour des stratégies visant à responsabiliser leurs employés relativement à l’adoption de comportements sécuritaires, avant d’avoir eux-mêmes assumé leurs responsabilités en ce qui concerne l’élimination, la réduction et la gestion des risques au préalable.

 

L’enfer c’est les autres

Dans ses écrits, Jean-Paul Sartre mentionnait que l’enfer c’est les autres. Le Code criminel canadien, quant à lui, ne va pas en ce sens. À l’article 219, il confère aux gestionnaires la responsabilité de la santé et de la sécurité d’autrui. Dans ce cas, l’enfer c’est nous autres, les gestionnaires.

Malheureusement, la responsabilité légale de la santé et de la sécurité se délègue très mal lorsque l’on est un employeur ou un représentant de l’employeur. Alors, si vous désirez responsabiliser vos employés à l’égard de la santé et de la sécurité et de l’adoption de comportements sécuritaires, je vous donnerais les conseils suivants :

 

  • Procédez à l’inventaire de l’ensemble de vos risques, pour chacun des postes de votre établissement.
  • Évaluez votre niveau de conformité pour l’ensemble des articles de loi et règlements qui s’appliquent à votre entreprise (au sens de l’article 219 du Code criminel, cela représente vos devoirs à titre d’employeur).
  • Évaluez l’efficacité de votre système de gestion de la santé et de la sécurité, ou faites-le contrôler par l’externe (si vous en avez un).
  • Assurez-vous de la mise en place d’un bon système de gestion de la formation par postes de travail.

 

Si vous ne disposez pas de ces éléments et que vous amorcez une démarche comportementale en santé et sécurité, ou si vous pensez aller dans cette direction, je vous recommanderais fortement de repenser votre stratégie. Dans un tel cas, vous risquez d’imposer un très grand nombre d’heures à vos gestionnaires et d’investir des ressources financières considérables dans des actions qui ne seront pas à la hauteur de vos attentes. Faites bien attention si vous désirez responsabiliser vos employés. Ne tentez pas de transférer des responsabilités à des gens qui n’ont pas le pouvoir de les assumer. 

Pour en savoir plus sur ce sujet et bien d’autres, je vous invite aussi à vous joindre à nous, pour mon prochain séminaire en gestion stratégique de la SST, qui aura lieu le 1er décembre prochain au ALT Griffintown (Montréal). Vous pouvez vous inscrire directement sur le site de Gestion Authentique ou en me contactant au 819-695-0110.

 

INSCRIVEZ-VOUS

Dans le cas où vous ne seriez pas disponible à cette date plusieurs publications peuvent vous être d’une grande utilité sur la boutique de Gestion Authentique.

Marc-André Ferron

Consultant, Conférencier et auteur en gestion de la santé sécurité