29/09/14

Gérez la santé sécurité. Obtenez le meilleur... Prévenez le pire. EXTRAIT 5

| Commentaires (0)

Les prises de consciences

Le premier constat et non le moindre était donc que nous n’avions pas de stratégies de gestion de la santé sécurité. 

 

Si j’avais une image à vous donner, ce serait celle-ci. Nous avions une cible de jeux de darts devant nous. Nous voulions tellement l’atteindre que nous lancions des deux mains en même temps des dizaines de darts à toute vitesse. Les résultats étaient mauvais car malgré notre surmenage, nous n’étions pas en mesure d’atteindre le centre de la cible souvent.

 

Nous avions donc besoins de changer de stratégie. Nous avions besoin d’un plan de match qui nous permettrait de lancer moins de darts, mais de les lancer mieux. D’avoir la bonne technique pour lancer à chaque fois au centre de la cible.

 

Nos gestionnaires nous verbalisaient bien le tout en nous disant qu’ils passaient tout leur temps à faire de la santé sécurité, qu’ils répétaient sans cesse les mêmes choses et qu’ils étaient mal à l’aise de tout ce tape à l’œil, parce que « les bottines ne suivaient pas les babines ».

 

Nous avons aussi réalisé que nous avions un fort désir de responsabiliser les employés alors que nous même ne prenions pas comme équipe de gestion nos propresresponsabilités en matière de gestion de la santé sécurité à plusieurs égards. 

 

De là venait aussi plusieurs frustrations de la part des employés et de leurs représentants. Ils nous reprochaient de ne pas adresser les problèmes fondamentaux de santé sécurité en travaillant sur les comportements individuels. Je suis forcé d’admettre aujourd’hui qu’ils avaient en partie raison mais nous y reviendrons plus tard.

 

Étrangement, les employés et leurs représentants tenaient sans le savoir le même discours que la première ligne de superviseurs, à savoir que les bottines ne suivaient pas les babines.

 

Par la suite nous étions forcés d’admettre que nous n’étions pas en contrôle de nos activités de prévention puisque nous en ignorions l’état pour la plupart. 

 

Finalement, nous avions peu de rigueur. Peu de rigueur à gérer nos mesures correctives, à suivre l’efficacité de nos activités, à faire appliquer notre règlementation et nos procédures, tout comme nos plans d’actions, échéanciers et autres.

 

Nous mettions la charrue devant les bœufs et le fait de travailler très fort nos donnait l’impression de bien travailler alors que la situation étaient tout autre. 

 

Nous appliquions le principe de Pareto à l’envers. Pour ceux qui sont moins familier avec cette notion, voici comment ce principe est défini par Richard Koch expert dans le sujet :

 

<<Selon le principe de Pareto, c’est une minorité de causes, d’intrants ou d’efforts qui entraîne la majorité des résultats, des extrants ou des récompenses. Littéralement, cela signifie par exemple que 80p. 100 de ce que vous accomplissez dans votre travail résulte de 20 p. 100 du temps que vous y consacrez. Ainsi, les quatre cinquièmes de vos efforts – la grande majorité, donc – ne rapportent rien.>>

 

Notre façon de travailler était sous la forme 80-20, plutôt que 20-80. J’entends par ceci, que nous faisions 80 pourcent d’efforts pour 20 pourcents de résultats, alors que nous aurions dû faire l’inverse 20 pourcent d’efforts pour 80 pourcent de résultats.

 

Les prises de consciences, c’est bien beau, mais pour changer les choses, il faut passer à l’action. Notre directeur général qui était aussi depuis peu de temps en poste était un gestionnaire de très bon calibre. 

 

Suite aux événements que je vous ai décrit plus tôt, j’ai été le rencontrer pour lui faire part de mon découragement face à la situation. Je lui ai aussi fait part de ma certitude qu’un employé allait y laisser sa peau sous peu si nous ne changions pas radicalement les choses. Malheureusement à ce moment, je n’avais que très peu de pistes de solutions à lui proposer du haut de mes 23 ans et de mon année d’expérience en grande entreprise.

 

Après de longs échanges sur les précédentes réflexions, il m‘a dit une chose qui allait tout changer dans la façon de faire mon travail. Une phrase qui allait prendre une ampleur démesurée avec le temps un peu comme le battement d’aile d’un papillon à l’autre bout du monde qui génère un ouragan des milliers de kilomètre plus loin.

 

Il m’a dit la phrase suivante : «  Je veux que mon système de gestion de la santé sécurité fonctionne. »

 

Bien que cette phrase puisse sembler extrêmement banale, elle était bien loin de l’être. N’allez surtout pas croire que je suis du type pointilleux qui s’attarde aux virgules, mais pratiquement chaque mot ici avaient une importance capitale. En commençant par « Je veux  », il m’exprimait clairement ce que le donneur d’ordre ultime de l’organisation s’attendait. 

 

Ensuite, en me disant « que mon », il exprimait son niveau de responsabilité en tant que directeur général. Car effectivement, comme DG c’était bien de « son » système de gestion de la santé sécurité dont il était question. Il y avait donc une forme d’engagement important de sa part dans le choix de ce mot. Si une chose est certaine en matière de prévention, c’est bien que s’il n’y a pas engagement de la part de la direction générale, tout effort est vain. Toute action ne sera que coup d’épée dans l’eau.

 

Le corps se dirige toujours dans la direction ou la tête regarde.

 

Je savais maintenant ce que le grand patron voulait, je savais aussi qu’il s’y engageait mais je ne savais pas encore ce qu’était « un système de gestion » de la santé sécurité, mais rendu-là, c’était à moi de le trouver. 

 

Cette journée-là, je suis retourné à mon bureau avec un immense soulagement malgré le fait que j’ignorais dans quoi je m’embarquais. J’avais une directive claire et du soutien de la part de la plus haute autorité, à partir de là, je saurais bien m’arranger avec le reste.

 

Voilà le dernier extrait de Gérer la santé sécurité. Obtenez le meilleur... Prévenez le pire. J'espère que vous avez apprécié et que cela vous donne le goût de savoir comment tous ces problèmes de santé sécurité ont été simplement pris en charge par le principe 20% d'efforts pour 80% de résultats.

 

Procurez vous dès maintenant Gérer la santé sécurité. Obtenez le meilleur... Prévenez le pire.