31/08/16

Les stratégies militaires et la santé sécurité

| Commentaires (0)

Les Québécois sont reconnus pour être de bons vivants, des gens un peu du type « laisser aller » et qui n’aiment pas trop la rigidité. À cet effet, les cultures de gestion du type directive sont habituellement mal perçues dans nos organisations et les styles de gestion participative sont plutôt reconnus comme un idéal à atteindre.

Toutefois, sans tomber dans l’extrême rigidité, n’y aurait-il pas certains principes militaires qui nous seraient d’une grande utilité en matière de prévention? Ne voyez surtout pas dans cet article un traité dans lequel les employés doivent se comporter comme de vulgaires robots et obéir aveuglément, bien au contraire. 

Cependant, l’importance d’avoir une unité de commandement dans l’application de sa stratégie de gestion en santé et sécurité est un facteur de succès indiscutable en matière de prévention. De plus, qui dit stratégie, dit rôles et responsabilités et les rôles et responsabilités en matière de prévention représentent la base de ce que nos équipes de gestions et employés doivent maitriser. 

Gagner une guerre sans stratégies, rôles et responsabilités, objectifs à atteindre et imputabilité est impossible, tout comme il est extrêmement difficile de performer en matière de prévention sans ces mêmes éléments.

La stratégie

Malheureusement, depuis qu’il y a des hommes la guerre fait partie de notre réalité. Voilà donc pourquoi les militaires sont habituellement des références en matière de stratégie. Ils les ont étudiées, appliquées et réétudiées encore et encore. 

L’origine du mot stratégie nous provient des termes grecs « stratos » qui signifie armée et « aingen » qui désigne conduire. Mis ensemble, cela rime avec « conduire une armée ». Bien évidemment, vous ne conduisez pas une armée dans vos entreprises, mais des gestionnaires ainsi que des soldats.

On dit aussi qu’une stratégie est l’art de coordonner un ensemble de forces vers un résultat désiré. Dans votre cas, vous avez deux forces pour atteindre l’objectif ultime en prévention, soit la cible de zéro blessure. 

Ces deux forces sont vos ressources financières ainsi que vos ressources humaines. La particularité de ces atouts est qu’ils sont tous deux limités dans toutes les organisations. Voilà donc pourquoi il est primordial de vous assurer que chaque action portera le maximum de résultats et que chaque minute et dollar investi en santé-sécurité le soit pour une raison stratégique.

En lien avec ceci, si je vous posais la question suivante : « Savez-vous ce que Albert Einstein a dit relativement à la santé et sécurité? », que répondriez-vous? Rien? Tout juste. Einstein n’a rien dit relativement à la gestion de la santé et de la sécurité. Cependant, il a dit quelque chose de très pertinent relativement à nos propos précédents sur les stratégies. 

Einstein disait : « Si vous ne pouvez pas expliquer quelque chose à un enfant de six ans, c’est probablement que vous ne le comprenez pas tout à fait vous-même ». Alors, revenons à notre stratégie. Sachant que la santé et sécurité sont de la gestion des risques comment pourrions-nous gérer sans stratégie? Ce ne serait pas de la gestion, mais bien de l’improvisation. 

Donc l’absence de stratégie en santé-sécurité conduit à l’improvisation. De plus, si l’on possède une stratégie, mais que l’on n’est pas en mesure de l’expliquer à un enfant de six ans, il sera alors difficile de mobiliser les équipes sur ce plan de match. Comment pourrait-on expliquer le message aux troupes? Comment pourrait-on mesurer l’efficacité de celle-ci? Il faut donc garder en tête que si votre stratégie n’est pas claire pour vous, elle ne peut l’être pour les autres.

Il est donc fondamental d’avoir une stratégie en matière de gestion de la santé et sécurité et que cette stratégie soit noir sur blanc pour tous. Ceux qui n’ont pas cela dirigent leurs troupes vers le massacre. Aucune armée ne va au combat sans stratégie. Aucune organisation ne devrait gérer la prévention sans stratégie non plus.

Qui est l’ennemi?

Voilà une question intéressante. Qui est l’ennemi? Tout simplement les risques. Les risques sont présents dans le champ de bataille de l’organisation. Ils sont toujours là, prêts à brûler, couper, exploser, intoxiquer, écraser, électrocuter, blesser et tuer.

Le grand malheur avec cet ennemi est qu’il est la plupart du temps invisible. Les risques sont absolument champions dans l’art du camouflage. Ils sont embusqués dans vos murs, machines, équipements, tâches environnements de travail et sont prêt à attaquer tant de jour, comme de soir ou de nuit. Ils sont sans discrimination pour l’âge, le sexe, l’expérience ou tout autre facteur démographique.

Il faut donc débusquer les risques et la seule façon d’y arriver est d’analyser les risques. Tout comme chaque armée tente de recueillir le maximum d’information sur ces ennemis avant le combat, vous devez faire de même dans l’établissement de votre stratégie. Combien sont-ils? Où sont-ils? Quels genres de dommages peuvent-ils causer? À quelle fréquence peuvent-ils surgir etc.? Une fois les risques identifiés, vous pourrez alors mettre la bonne stratégie en place pour les contrôler.

Neutraliser l’ennemi

Si vous êtes à la guerre et que votre ennemi est éliminé, vous avez gagné. Dans la guerre aux risques, si vous les éliminez à la source les risques, vous avez aussi gagné. 

Cependant cela n’est pas toujours possible c’est alors que vous devez les réduire à la source. La réduction à la source est l’équivalent d’avoir son ennemi sous les barreaux. Tant qu’il y demeure, le risque est contrôlé. Par contre, retirez les barreaux et le risque est redevenu une menace.

Il en est de même avec les risques au travail. Confinez-les derrière un grillage ou une enceinte et ils sont inoffensifs jusqu’au retrait de ce dispositif de réduction.

Si vous ne pouvez éliminer ou réduire les risques, vous pouvez alors mettre des mesures de gestion pour arriver à les déjouer dans votre milieu, car ils y sont toujours. Viennent alors les procédures (cadenassage, espaces clos, règlements, travail en hauteur etc.), programme d’accueils, formations, audits, suivi, discipline et autres.

Dans ces moyens de gestion, vous il faut alors définir les rôles et responsabilités des différents acteurs de votre organisation et voilà qui n’est pas peu dans l’exécution d’une stratégie. Définir qui fait quoi, quand, où et comment est la base de l’efficacité en matière de stratégie de gestion des risques. Toutefois c’est aussi à ce moment qu’entre la rigueur dans l’équation.

Rôles, responsabilités et rigueur

Si vous désirez responsabiliser vos employés en santé et sécurité, cela commence toujours par définir leurs responsabilités. Si l’on n’a pas défini les rôles et responsabilités des gestionnaires et employés, sur quoi pourrions-nous tenter de responsabiliser nos équipes?

Lorsque les rôles et responsabilités de nos troupes sont définis, il est fondamental d’avoir de la rigueur, sans on n’a tout fait cela pour rien. L’imputabilité n’existe qu’à partir du moment où il y a des conséquences à faire ou ne pas faire quelque chose. 

Si vous avez défini des moyens de gérer les risques et que personne ne les applique, cela équivaut à ne rien avoir en place pour gérer ces risques et en d'autres mots cela veut dire que les gens n’appliquent pas votre stratégie, mais bien la leur. Il peut alors y avoir autant de stratégies que d’individus au sein l’organisation.

Une condition de succès indiscutable dans l’exécution d’une stratégie est ce que les militaires appellent l’unité de commandement. Sans cette unité, il y a plusieurs stratégies qui s’agiront dans l’organisation et jamais vous ne serez en contrôle de la gestion des risques.

En résumé

Pour arriver à gérer les risques, il est incontournable d’avoir une stratégie sans quoi on improvise. Pour qu’une telle stratégie fonctionne, elle doit être simple, claire et noir sur blanc sans quoi la confusion régnera. 

Pour arriver à bâtir une stratégie de prévention de manière la plus efficace possible, il faut cibler les risques le plus précisément possible et mettre des mesures en place qui respectent la hiérarchie d’efficacité dans le contrôle des dangers (éliminer, réduire, gérer). Ainsi il est possible de définir les rôles et responsabilités des troupes et envisageable de les faire exécuter par la suite. La rigueur est alors votre plus grand allié.

La plus grande différence entre la guerre dans un champ de bataille et la guerre aux risques en entreprise est la suivante : toute guerre a une fin. La guerre aux accidents, elle n’en aura jamais. Alors, ayez un bon plan, ravivez vos troupes, mobilisez-les, soyez rigoureux et la victoire sera à vos portes. Alors bon combat à tous.

Dans le cas où vous désirez en savoir davantage, je vous invite à vous joindre à nous, pour mon prochain séminaire en gestion stratégique de la SST, qui aura lieu le 1er décembre prochain au ALT Griffintown (Montréal). Vous pouvez vous inscrire directement sur le site de Gestion Authentique ou en me contactant au 819-695-0110.

Dans le cas où vous ne seriez pas disponible à cette date plusieurs publications peuvent vous être d’une grande utilité sur la boutique de Gestion Authentique.

Marc-André Ferron
Consultant, Conférencier et auteur en gestion de la santé sécurité